Scandalisé par la profanation de la tombe du Général de Gaulle

29 mai 2017

dgportrait3

comdg

Scandalisé par la profanation de la tombe du Général de Gaulle
 
Comment peut-on se permettre de profaner la tombe du libérateur de la France, figure tutélaire de la 5eme République ? Je condamne cet acte lâche qui, je l’espère, ne restera pas impuni.

Didier GUILLON

 

 

Je condamne les dégradations commises à Douarnenez sur la permanence de campagne d’une candidate

29 mai 2017

dgportrait3.gif

J’apprends que le local de campagne d’une candidate aux élections législatives a été vandalisé à Douarnenez.

Je condamne cette dégradation. La démocratie ne doit pas céder à la violence.

Au Guilvinec ce dimanche matin

28 mai 2017

dggv1

Beaucoup de monde ce matin dans les rues du Guilvinec, sur le marché où les commerçants et artisans sont présents malgré la pluie. Nous sommes allés à leur rencontre, étant à leur écoute afin de répondre à leurs interrogations. L’absence totale des autres candidats est remarquée, sans doute découragés par la pluie.

dggv

La pluie n’arrête pas la vie ni notre présence sur le terrain, ici au Guilvinec avec des membres de mon équipe et Nathalie Tanneau présente dans un autre endroit du marché du Guilvinec.

Ce matin 28 mai au Guilvinec

28 mai 2017 GUILVINEC

cdg1

Ce matin nous serons au Guilvinec. Nous irons à la rencontre des habitants dans le centre de la commune et sur le marché.

12. Le logement

28 mai 2017

logementLe logement est pour beaucoup le seul patrimoine (celui qu’on transmet à ses enfants), l’aboutissement d’une vie de travail. 

C’est en moyenne 24% du budget des ménages, locataires et propriétaires confondus.

Les aides à l’isolation et à la conversion des systèmes de chauffage doivent être encouragées pour le triple effet qu’elles procurent :

  • – Elles permettent des réaliser des économies substantielles d’une énergie souvent importée.
  • – Elles protègent notre environnement par la limitation des rejets de gaz à effet de serre.
  • – Enfin, elles procurent du travail non délocalisable à nos nombreuses entreprises artisanales du bâtiment ; de l’emploi pour des plombiers, électriciens, couvreurs, etc… qui habitent ici.

Pour permettre à chacun de disposer d’un logement conforme à ses besoins : il faut :      

  • Maintenir (tout en le réformant) le système des aides au logement ;
  • Elargir le nombre de personnes éligibles aux OPAH (opération programmée d’amélioration de l’habitat) en cours sur le Pays Bigouden et prochainement sur Douarnenez et le Cap-Sizun.

11. La santé

28 mai 2017

santéLe centre hospitalier Michel Mazéas de Douarnenez et l’hôtel-Dieu de Pont-l’Abbé sont des équipements essentiels pour la sécurité des personnes. Les professionnels de santé, les personnels techniques et administratifs sont au service de notre bien le plus précieux : notre santé.

Tous ces personnels œuvrent chaque jour, parfois dans des conditions difficiles, pour le bien-être des patients.

Nos deux hôpitaux sont de gros employeurs : 700 personnes travaillent au Centre hospitalier Michel Mazéas.

L’hôtel-Dieu, c’est 550 salariés, 16 millions d’Euros pour la rénovation actuellement en cours et une activité en forte hausse.

L’incertitude qui a pesé sur l’un et l’autre ces dernières années doit nous rendre vigilants. Cette situation a mis leur personnel sous pression.

Aujourd’hui, ils sont tous les deux dans une dynamique nouvelle et en période d’investissements importants.

Nous avons la chance de bénéficier en France d’un service de santé mondialement reconnu et d’une prise en charge d’une qualité exceptionnelle.

Les délais de rendez-vous chez les généralistes et les spécialistes deviennent problématiques.

Le numérus clausus instauré en faculté de médecine a été revu, ce qui devrait permettre de résorber petit à petit le problème du manque de médecins.

Il faut mettre l’accent sur la prévention pour limiter les coûts de traitement et permettre à chacun de bien vieillir.

L’évolution vers le travail médical en réseau est particulièrement important dan un territoire comme le notre.

Le dossier médical numérique partagé… et sécurisé devrait faciliter les choses.

Le numérique permettra très prochainement de bénéficier de diagnostics de spécialistes.

Le bien-être et la dignité de nos aînés

Plus marquée en Bretagne qu’ailleurs, le vieillissement de la population va augmenter, avec un accroissement de la problématique de la dépendance des personnes âgées,

Par ailleurs, la Bretagne dispose par rapport à la moyenne nationale de moins de places d’Accueil de Jour et d’Hébergement temporaire. Le coût d’hébergement en EHPAD est un obstacle pour certaines personnes âgées à une entrée en établissement.

Il convient donc de développer le maintien à domicile des personnes âgées dans un environnement familier  rassurant et soutenir les aidants familiaux.

Il faut aussi lutter contre l’isolement et la solitude croissante des personnes âgées ; ils sont des facteurs majeurs d’accélération des pertes d’autonomie et de la rupture sociale.

En tant que député je soutiendrai :

  • · La création ou le renforcement dans chaque EHPAD de places d’accueil de jour et d’hébergement temporaire ;
  • · L’accompagnement, le suivi et la formation des aidants familiaux
  • · Le maintien des personnes âgées dans le mouvement de la société via un programme de logement intergénérationnel, et mise  en place d’actions à même de favoriser l’appropriation des nouvelles technologies ;
  • · Favoriser sur le territoire la coordination des acteurs de la dépendance.

FOCUS : la désertification médicale

Je m’impliquerai dans la création de maisons de santé pour étendre leur présence sur tout le territoire, (comme celle que j’ai soutenu à Audierne, actuellement en construction, et qui doit ouvrir en fin d’année) ou d’établissements spécialisés dans l’accueil de personnes dépendantes.

Notamment celle de Douarnenez qui devient urgente face au problème des personnes de plus en plus nombreuses, qui n’ont plus de médecin généraliste.

C’est aussi une réponse aux attentes des nouveaux médecins qui font un métier très exigeant (nous leur confions notre santé et parfois notre vie ! Ils ont besoin de s’épauler en travaillant à plusieurs. C’est un gage de qualité des soins (par des avis croisés) et un gage de qualité de vie pour des professionnels très sollicités.

Pour garantir l’accès aux soins, je veux :

  • · Parfaire la couverture du territoire, de maisons de santé.

A l’image de celle que j’ai activement soutenue à Audierne, qui ouvrira à la fin de cette année ;

  • · Porter une attention toute particulière à l’avenir de nos hôpitaux de proximité à Pont-l’Abbé et à Douarnenez.

10. L’éducation

28 mai 2017

éducationVaste sujet : le budget qui y est consacré augmente chaque année alors que la France dégringole régulièrement dans le classement PISA qui note la qualité de l’enseignement dans les pays européens !

Pourquoi ?

L’argent n’est pas tout. Il faut avoir le courage de reconnaître que notre modèle a échoué et analyser les raisons de cet échec.

Il faut s’interroger sur notre système scolaire, le collège unique, les conditions d’entrée à l’université et l’apprentissage.

Les apprentissages fondamentaux : écrire, lire et compter doivent être considérés comme un socle indispensable, avant le passage en sixième.

Il est temps de revoir la question des rythmes scolaires : expérience malheureuse qui n’a jamais démontré son utilité et qui est sans doute inadaptée pour nous, alors qu’ils représentent (peut-être) des avantages dans les grandes villes.

Cette réforme représente un coût pour les collectivités, sans plus-value pour l’épanouissement les enfants.

Je partage le projet du nouveau Président de la République de laisser aux communes le libre choix du maintien ou non des activités périscolaires.

Il faut impérativement valoriser les filières professionnelles, à l’image de ce que fait l’Allemagne : 16% des 15/24 passent par l’apprentissage et 7.5% d’entre eux passent par la case chômage. Chez nous : 5% d’apprentis et 24% de chômeurs !

Autre sujet important : il ne faut rien lâcher sur le respect dû aux professeurs, par leurs élèves. C’est aussi un élément de l’éducation !

Enfin, et cela peut paraitre étonnant, je voudrais que dans nos écoles, on enseigne à nos jeunes la confiance en soi.

Pour restaurer la fonction de formation et d’instruction des enfants et des jeunes :

  • revenons aux fondamentaux ;
  • restaurons l’autorité des enseignants ;
  • Enseignons à nos enfants la confiance en soi.

9. La dette publique

28 mai 2017

detteL’Etat et les collectivités territoriales sont confrontés à un double défi : rendre le meilleur service public possible aux français tout en maitrisant la dépense publique.

 Tous les budgets de la France ont été en déficit depuis 1974, cas unique au monde !

 A ce jour, la dette de la France est face à un mur immense de 2 10 milliards d’Euros ! Soit 98,4% du PIB ! Sans doute 100 % s’il n’y avait pas eu quelques « opérations comptables » pour retarder ce chiffre fatidique.

Chaque petit français qui nait, trouve dans son berceau une dette de 30 000€ (sans compter une autre dette : la dette environnementale), la République est devenue une fée Carabosse pour ses enfants.

C’est plus de 100 000€ par foyer français ! Cette dette accumulée depuis plus de quarante ans présente un défi gigantesque pour le quinquennat qui commence.

La dette est un scandale générationnel : nos enfants vont devoir continuer à financer leur santé, l’éducation et les retraites, tout en assumant le poids de notre dette qui aura elle-même servi à financer notre santé, l’éducation et les retraites !

Quelques inconscients prétendent que cette dette ne sera jamais remboursée. Pour autant, ils oublient que le seul coût des intérêts est le deuxième poste de dépenses de l’Etat, derrière l’éducation. Comment paierons-nous quand les taux d’intérêts vont remonter ?

Le déficit public français représente un quart de nos rentrées fiscales. C’est comme si un ménage dépensait chaque mois 25% de plus que ce qu’il gagne. Et ce déficit s’ajoute à la dette.

L’Etat doit continuer de se réformer, utiliser les nouvelles technologies, réduire ses coûts de fonctionnement.

Baisse des dotations aux collectivités locales : mon expérience à la mairie d’Esquibien.

Il n’y a qu’une seule voie pour contrôler la dette : réduire les dépenses publiques de 10% pour revenir dans la moyenne des autres pays européens qui, me semble-t-il, ne sont pas sous-administrés, soit 50% de dépenses publiques par rapport au PIB, au lieu des 57% actuels, un record !

L’exemple de la Suède est là pour démontrer qu’il est possible de réduire fortement les dépenses publiques sans transformer le pays en jungle ultra libérale : 63% du PIB en 1995, 50% aujourd’hui.

Mais il ne suffit pas de se donner cet objectif, il faut dire où seront faites les économies.

L’argent public est encore trop souvent mal dépensé, le pays ne travaille plus assez et fonce vers le déclin.

Une gauche qui se croit généreuse parce qu’elle se montre dépensière : durant ces dernières années, la dette publique s’est considérablement alourdie.

Il n’y a aucune place pour la démagogie : le rétablissement des comptes publics se fera par la baisse des dépenses et non pas par une augmentation des impôts.

Si nous voulons préserver notre souveraineté, il est impératif de :

  • Viser le retour à l’équilibre des comptes: objectif partagé par une majorité de pays en Europe. Hors de ce but, compte tenu de la remontée des taux d’intérêts, nous risquerons de connaître à court terme les difficultés de certains de nos voisins européens.

Réduire la dette est une priorité absolue pour les générations futures.

Je soutiendrai de manière déterminée les projets centrés sur le bon usage de l’argent public ;

  • Assainir les finances publiques ;
  • Engager de profondes évolutions structurelles ;
  • Soutenir la réalisation des Maisons des services publics, seul façon de maintenir les services publics en milieu rural à un coût raisonnable.

8. L’économie

28 mai 2017

économieLa France est coincée entre l’Allemagne industrielle et les pays du sud à bas coûts. Elle est en train de devenir la Lozère de l’Europe !

Son taux de croissance a été de 15% entre 2001 et 2015. Dans le même temps, il a été de 26% au Royaume-Uni et 29% aux Etats Unis.

Il nous faut une vision à long terme. Voir loin.

Sur ce sujet, autant le dire tout de suite, je suis plutôt en phase avec les propositions faites par Emmanuel Macron.

Je suis un social libéral, partisan d’une société organisée et juste.

Pour autant, il faut permettre à nos entreprises de retrouver de la compétitivité. Pour cela, le taux d’impôt sur les sociétés doit être ramené à 25%, dans la moyenne européenne.

Le CICE, véritable usine à gaz a suscité un effet d’aubaine, sans réel gain pour l’emploi et la compétitivité des entreprises. Il faut le convertir en une baisse durable des charges sociales.  

Le Finistère fait face à un défi immense : sans économie forte, il n’y aura pas d’emplois, pas de solidarité et pas de développement social et humain.

Focus : le principe de précaution

Depuis qu’il est inscrit dans la constitution, l’opinion publique fonctionne – plus encore que par le passé – à l’émotion et à la crainte. Tout est fait pour que la peur l’emporte sur la raison, au point de créer un climat anxiogène. 

La première des précautions, aujourd’hui, c’est d’éliminer ce mortifère principe de précaution pour renouer avec la croissance et faire confiance au génie humain au lieu d’avoir peur de tout.

Le principe de précaution est trop souvent la manifestation d’une logique obscurantiste, faisant ainsi peser une menace contentieuse sur la plupart des activités innovantes. 

On confond souvent le principe de précaution et le principe de prudence : dans la définition de la prudence, il y a l’action.

 « La prudence n’est qu’une qualité, il ne faut pas en faire une vertu », disait Jules Renard.

 Pour développer l’économie de l’Ouest-Cornouaille, nous devons :

  • Limiter le taux d’impôts sur les sociétés à 25% ;
  • Convertir le CICE en une baisse durable des charges sociales ;
  • Redonner le goût d’entreprendre !

Aujourd’hui, découvrez 5 autres thèmes de ma campagne

28 mai 2017

dgportrait3

Le 25 mai 2017, j’ai mis en ligne les 3 « thèmes majeurs », à savoir : l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat, la solidarité.

Le 26 mai 2017, j’ai mis en ligne 4 autres thèmes, à savoir : la pêche et l’économie de la mer, l’agriculture et l’agroalimentaire, le tourisme et la plaisance, l’artisanat et le commerce

Aujourd’hui, découvrez 5 autres sujets :

blue02_next L’économie,
blue02_next la dette publique,
blue02_next l’éducation
blue02_next la santé,
blue02_next le logement

Vous pourrez découvrir :

  • –  L’Europe, l’environnement et le développement durable, le très haut débit, le patrimoine et la culture, les associations, le mercredi 31 mai au matin,
  • – La France périphérique, la simplification administrative, la réforme des institutions, les transports, la sécurité, le vendredi 2 juin au matin.
  • – Enfin, dimanche 4 juin au matin, la profession de foi.

Didier GUILLON

http://didierguillon2017.bzh

av3Élections Législatives 2017 – 7ème Circonscription du Finistère
Audierne (Commune nouvelle)Beuzec-Cap-SizunCléden-Cap-SizunCombrit-Sainte-MarineConfort-MeilarsDouarnenezGuengatGuilvinecGoulienGourlizonGuiler-Sur-GoyenIle de SeinIle-TudyLandudecLe JuchLoctudyMahalonPenmarchPeumeritPlobannalec-LesconilPlogastel-Saint-GermainPlogonnecPlomeurPlonéisPlonéour-LanvernPlouhinecPlovanPlogoffPlozévetPont-CroixPont-l’AbbéPouldergatPouldreuzicPoullan-sur-merPrimelinSaint-Jean-TrolimonTreffiagatTréguennecTréméocTréogat

Ce samedi après-midi, remise des coupes au mondial pupilles à Primelin.

27 mai 2017 – PRIMELIN

dgprimelin.jpg

Ce samedi après-midi, remise des coupes au mondial pupilles à Primelin. Une rencontre placée sous le signe de la convivialité et du fair-play.

Opération collage d’affiches sur 16 communes de la circonscription

27 mai 2017

colla.jpg

Ce samedi 27 mai 2017, nos équipes ont fait une opération collage d’affiches sur 16 communes de la circonscription.

Ce samedi midi, un déjeuner convivial à la ferme « Au champ du coq » suivi d’une visite guidée de l’exploitation

27 mai 2017

dgplo1.jpg

dgplo4.jpg

Ce samedi midi, un déjeuner convivial à la ferme « Au champ du coq » suivi d’une visite guidée de l’exploitation tenue par des éleveurs exemplaires, merci à eux !

Une matinée de campagne en équipe sur les marchés de Douarnenez et d’Audierne

27 mai 2017

dgaudierne

dgaudierne2

Une matinée de campagne en équipe sur les marchés de Douarnenez et d’Audierne

Vous avez une question… ? Didier Guillon vous répond personnellement

27 mai 2017 j15

dgmic

Vous avez une question… ? Didier Guillon vous répond personnellement.

Ecrivez-lui à l’adresse mail dguillon2017@orange.fr

N’oubliez de parcourir les 7 premiers thèmes déjà mis en ligne qu’il développe ici sur les 22 thèmes dont voici la liste ci-dessous :

  • 1- L’emploi et la formation
  • 2- Le pouvoir d’achat
  • 3- La solidarité
  • 4- La pêche et l’économie de la mer
  • 5- L’agriculture et l’agroalimentaire
  • 6- Le tourisme et la plaisance
  • 7- L’artisanat et le commerce
  • 8- L’économie
  • 9- La dette publique
  • 10- L’éducation
  • 11- La santé
  • 12- Le logement
  • 13- L’Europe
  • 14- L’environnement et le développement durable
  • 15- Le très haut débit
  • 16- Le patrimoine, la culture
  • 17- Les associations
  • 18- La France périphérique
  • 19- La simplification administrative
  • 20- La réforme des institutions
  • 21- Les transports
  • 22- La sécurité

Didier Guillon à l’écoute…

27 mai 2017

dgmar

Didier Guillon à l’écoute des interrogations des citoyens de la 7ème circonscription comme ici sur ces photos, sur le marché de Pont-l’Abbé.

Si vous avez des questions, ou autres, adressez un mail à dguillon2017@orange.fr Didier Guillon vous répondra personnellement.

dgmar2.jpg

dgmar4.jpg

 

Avançons ensemble pour l’Ouest-Cornouaille

27  mai 2017

dgaff

Avançons ensemble pour l’Ouest-Cornouaille !

Sur les panneaux d’affichage les affiches sont déjà présentes et le seront très vite dans chaque commune de la 7ème circonscription du Finistère. Nos équipes sont actuellement sur le terrain.

Le tableau ci-dessous permet à l’internaute de parcourir les sites internet de chaque commune de la 7ème circonscription, en cliquant sur le lien de la commune désirée.

av3Élections Législatives 2017 – 7ème Circonscription du Finistère
Audierne (Commune nouvelle)Beuzec-Cap-SizunCléden-Cap-SizunCombrit-Sainte-MarineConfort-MeilarsDouarnenezGuengatGuilvinecGoulienGourlizonGuiler-Sur-GoyenIle de SeinIle-TudyLandudecLe JuchLoctudyMahalonPenmarchPeumeritPlobannalec-LesconilPlogastel-Saint-GermainPlogonnecPlomeurPlonéisPlonéour-LanvernPlouhinecPlovanPlogoffPlozévetPont-CroixPont-l’AbbéPouldergatPouldreuzicPoullan-sur-merPrimelinSaint-Jean-TrolimonTreffiagatTréguennecTréméocTréogat

 

 

Ce jour 27 mai 2017

Samedi 27 mai 2017 j15

9H30/10H30 : Marché de Douarnenez.
11H00/12H00 : Marché d’Audierne.
12H30 : Déjeuner au champ du coq à Plovan, puis visite de l’exploitation agricole.
15H00/16H00 : Porte à porte à Douarnenez, avec les militants.
17H00 : AG constitutive de l’association de protection de l’abeille noire à Plogoff.
18H00 : Remise de coupes au Mondial Pupilles au terrain de foot de Primelin.

Visite de l’entreprise MAO peinture, spécialiste de la peinture Marine

26 mai 2017

mao1

mao3

Visite de l’entreprise MAO peinture, spécialiste de la peinture Marine avec Nathalie TANNEAU, en fin d’après-midi.

Matinée de travail à Haliotika sur les formations de l’école maritime du Guilvinec

26 mai 2017  LE GUILVINEC

haliotika1.gif

Matinée de travail à Haliotika sur les formations de l’école maritime du Guilvinec. Didier Guillon est administrateur d’Haliotika depuis sa création

Visite du canot de sauvetage « le men meur » au Guilvinec avec une partie de l’équipage

menmeur5

menmeur6.jpg

Visite du canot de sauvetage « le men meur » au Guilvinec avec une partie de l’équipage

7. L’artisanat et le commerce

26 mai 2017

artisanat

Le commerce et l’artisanat, contributeurs de toute première importance pour l’économie de notre territoire, sont plus que jamais une véritable richesse et doivent faire l’objet d’une attention constante.

Que seraient nos bourgs, sans leurs commerces ?

Notre tissu artisanal est dense et représente une force.

La formation initiale ou continue sont les clés de la réussite pour les actuels et futurs entrepreneurs, artisans et créateurs d’entreprises. En effet, les évolutions des métiers impliquent de se former en permanence.

Les différentes filières des métiers manuels doivent être fortement développées à l’image de ce qui se pratique en Allemagne.

Le RSI doit être supprimé d’urgence. Je le sais : j’ai été commerçant et je comprends ce que supportent les commerçants, artisans et indépendants avec ce régime social des indépendants, à bout de souffle.

Pour maintenir le tissu artisanal et commercial, je veux :

  • Revaloriser les filières du bâtiment en relançant l’apprentissage ;

Supprimer purement et simplement le RSI qui pénalise scandaleusement les artisans et commerçants.

6. Le tourisme et la plaisance

26 mai 2017

tourisme

Deux sources de développement importantes et incontournables pour l’Ouest-Cornouaille :

Le tourisme est une activité indispensable pour nos nombreux hôtels, restaurants, crêperies, campings, locations saisonnières, chambres d’hôtes, gîtes ruraux, musées, sites de visite et de loisirs, etc.

Imagine-t-on l’économie de l’Ouest-Cornouaille sans cet apport déterminant au maintien de nombreux commerces et aux créations d’emplois saisonniers et permanents ?

Je suis favorable au regroupement, au niveau de notre territoire, de la gestion du tourisme. Ce serait un gage d’efficacité et d’économie non négligeable en centralisant les actions et les éditions. Il faut se mettre à la place du client qui, en général, visite des sites situés à une heure de voiture maximum de son « camp de base ». Pour autant, le maillage d’offices de tourisme doit être maintenu. Je pense avoir une certaine légitimité pour formuler ces recommandations pour avoir été professionnel du tourisme pendant de nombreuses années.

La pointe du Raz est le seul « Grand site de France » de l’Ouest de la France et accueille chaque année 600 000 visiteurs. Il faut absolument tirer parti de la présence de ces nombreux touristes en proposant des activités et loisirs pour retenir pour quelques jours (ou pour venir vivre chez nous !) un nombre plus important de ces personnes.

Passer du tourisme de visite au tourisme de séjour : un vrai challenge pour demain, tout autant que le tourisme des quatre saisons.

Le nautisme est générateur de retombées économiques importantes, concernant souvent une clientèle aux moyens supérieurs à la moyenne.

Son développement n’est pas achevé : projets de port de plaisance au Guilvinec et à Plouhinec, entre autres.

  • – Une activité dynamique à Loctudy et un potentiel considérable à Douarnenez qui a commencé à accueillir des escales de croisiéristes.
  • – Quelle belle fête que les rendez-vous nautiques de Douarnenez sans laquelle nombre de visiteurs ne seraient pas venus chez nous, idem pour la route de l’amitié qui part d’Audierne.
  • – L’économie nautique doit être favorisée par le syndicat des ports de Cornouaille qui se met en place actuellement. Notre potentiel de développement est particulièrement important dans un territoire parfaitement adapté à cette activité.
  • – Sans oublier les activités telles que voile, surf, kite-surf, stand-up paddle, kayak de mer et les écoles qui se sont développées sur le littoral dans les ports, à la Torche, Penhors, Plouhinec…

Pour permettre l’émergence d’un tourisme et d’un nautisme responsable, il faut :

  • Mettre l’accent sur la préservation de notre cadre de vie exceptionnel ;
  • S’adapter en permanence aux attentes de nos visiteurs ;
  • Réaliser les investissements nécessaires à l’économie portuaire de plaisance : cales de carénage, port au sec, services performants aux plaisanciers.

5. L’agriculture et l’agroalimentaire

26 mai 2017

agri

Les agriculteurs, nombreux dans notre circonscription, sont les garants de notre sécurité alimentaire. Ils ont créés et modelés nos paysages. Mal reconnus dans notre pays, ils doivent être soutenus dans leur activité. C’est un métier complexe au carrefour de nombreuses activités :

  • – la production de nourriture en quantité et en qualité bien sûr,
  • – l’entretien et la vie de nos paysages (plus-value considérable pour notre pays, ne l’oublions pas),

Pour cela, ils exercent un métier contraignant et difficile tout en s’adaptant de manière constante et courageuse aux multiples exigences environnementales.

Il est impératif d’alléger les contraintes de toutes sortes qui pèsent sur leur métier et d’accompagner la profession pour lui permettre de progresser.

De nombreux emplois dans l’agroalimentaire, dépendent de l’agriculture locale : Hénaff et Kerné à Pouldreuzic, Larzul à Plonéour-Lanvern, pour ne citer que les principales.

Disséminées sur le territoire, les conserveries, biscuiteries, cidreries et autres productions issues de l’agriculture, représentent un gisement d’emploi considérable. On l’oublie souvent.

Il faut donc soutenir cette filière, source de richesse pour notre territoire, grâce à l’innovation et la qualité largement reconnue de ses produits.

Certes les prix des produits agricoles remontent actuellement, mais leur volatilité est un handicap important : combien d’entre-nous accepterait de travailler sans connaître au préalable le niveau de sa rémunération ?

Chaque filière a sa place : le bio comme le traditionnel.

L’Etat doit peser dans les négociations avec la grande distribution.

Pour préserver l’agriculture qui structure notre économie, nous devons :

  • Permettre à nos agriculteurs de vivre de leur travail dans ce secteur fortement pourvoyeur d’emplois ;
  • Permettre aux différentes activités de cohabiter : bio, conventionnel. Il y a une demande pour chaque filière.

4. La pêche et l’économie de la mer

26 mai 2017

pechemer

Pourquoi la France, deuxième espace maritime mondial (après les Etats-Unis), a-t-elle tourné le dos à la mer depuis des décennies ?

Cette question est essentielle pour un territoire comme le nôtre, ouvert sur l’océan, qui vit de la pêche depuis des siècles : près de 400 bateaux, plus de1700 marins, sachant qu’il y a entre 3 et 5 emplois à terre pour un emploi en mer.

Les ports du Guilvinec (2ème en valeur au niveau national), Loctudy, Saint Guénolé-Penmarch, Lesconil, Audierne et Douarnenez c’est un quart de la pêche fraîche française !

N’oublions pas qu’à elle seule, la conserverie représente 2000 emplois dans une trentaine d’entreprises sur le secteur.

Nous devons maintenir sur place la vente et le travail du poisson, afin de conserver localement la plus-value qui augmentera sensiblement dans l’avenir : travail du poisson, meilleure valorisation (labellisation), exploitation des déchets et autres produits de la mer ; dont les algues qui connaissent une consommation en progression constante dans l’alimentation et bien d’autres usages, l’eau de mer, etc.

A quand une valorisation touristique de l’activité des algues sur le port de Lesconil ?

Un autre produit marin va connaitre un développement que nous avons encore du mal à imaginer, tant son potentiel est important : l’énergie… à installer prioritairement dans les réserves pour ne pas gêner la pêche. Ce sujet d’avenir sera un enjeu considérable pour notre territoire.

Nous devons saisir, bien plus que nous ne le faisons actuellement, les multiples opportunités de la recherche en matière d’énergie marine, des acquis dans le domaine de l’éolien.

Ces différents domaines d’activités liées à nos richesses locales méritent d’être développés et ainsi contribuer à l’emploi d’une part, à la création de richesses locales d’autre part.

Des travaux de mise à niveau des installations portuaires sont urgents, notamment au Guilvinec.

Le futur syndicat des ports de Cornouaille doit devenir un outil de pérennité et de développement. J’ai soutenu ce projet, convaincu qu’il sera bénéfique à notre économie. Je veillerai à ce qu’il se concrétise et réussisse sa mission en se concentrant sur nos ports qui n’ont pas eu droit aux investissements indispensables, auxquels ils avaient droit.

Pour soutenir cette filière essentielle à l’économie de l’Ouest-Cornouaille, et continuer à la moderniser, nous devons :

  • Entretenir correctement nos ports et engager des travaux de modernisation ;
  • Augmenter la valeur ajoutée par la transformation du produit d’une part et par sa valorisation d’autre part ;
  • Penser à l’avenir en développant les activités liées à la mer, au lieu de laisser d’autres territoires prendre les parts dans ce marché de demain.